Lundi 5 janvier 2015, NALA 85480 a rencontré Mme Sylviane Bulteau, Députée et Conseillère générale de la VendéeMme Bulteau était intéressée d'apprendre les

problèmes auxquels sont confrontés les associations de protection animale en Vendée. Elle en a conclu que nous avons bien fait de contacter les parties concernées, le Ministre de l'Agriculture, le Conseil Général, l'association des Maires et la DDPP. Elle a suggéré que nous contactions aussi le Ministre de l'Environnement. Elle soutient notre projet de cueillir des statistiques pour analyser la gravité réelle du problème d’animaux trouvés errants en Vendée. Des campagnes de sensibilisation menées très régulièrement seraient à souhaiter. La cause animale devient de plus en plus importante. Mme Bulteau était au courant des chats qui ont disparus dans certaines communes. Nous lui avons donné les résultats de notre enquête d’animaux disparus sans trace. (voir plus ici


Les points que nous avons abordés dans la réunion avec Madame Bulteau Sylviane, La Roche-sur-Yon, le 5 janvier 2015

0. Le nombre d’animaux familiers en France augmente rapidement.  Cela va de paire avec une augmentation du nombre d’animaux abandonnés et un problème de surpopulation (surtout de chats)  parce que les propriétaires ne les font pas stériliser. Pour démontrer l’importance de ce problème en Vendée, nous avons cru essentiel de recueillir des statistiques d’animaux trouvés et ce qui leur est advenu. Nous avons commencé à recueillir ces statistiques en octobre 2013. Cependant, nous avons rencontré beaucoup de résistance de la part de la DDPP, du Préfet et des communes..... 

I. Le bien-être animal devient une préoccupation de plus en plus cruciale dans d’autres pays de l’UE.  La France ne doit pas traîner. Les animaux (à commencer par les chats et les chiens) devraient figurer sur l’agenda politique, sinon on finira avec une situation comme en Bulgarie et en Roumanie où le problème d’animaux errants est devenu hors contrôle. 

II. Pour les chats (et les chiens) en particulier, nous sommes confrontés à un problème surtout pendant les mois d’été quand beaucoup de chats et de chatons sont abandonnés. Aider les animaux à trouver un nouveau foyer est un travail immense, très difficile et totalement à la charge de bénévoles.  Ceci constitue une faille dans le système. Il est inacceptable que le gouvernement central, le Conseil Général, la Préfecture et les maires ne fassent rien pour aider et qu’ils attendent à ce que tout soit fait par l’énergie, le temps et l’argent d’associations gérées uniquement par des bénévoles. 

III. NALA écrit des lettres (signées par toutes les associations de la Vendée) depuis 2011 pour souligner ce problème. Suite à une lettre au Conseil Général nous avons eu une réunion avec le Conseil et aussi avec l’association des maires de la Vendée en 2012, mais cela n’a abouti à rien. Nous avons eu des réunions avec la DDPP une ou deux fois par an, mais on nous chante toujours la même ritournelle : « Les animaux ne sont pas une priorité. »  Rien ne change ou on n’avance qu’à tout petits pas. La dernière remarque du directeur de la DDPP nous interpelle : « La DDPP est de l’opinion que s’il n’y a pas de structures/associations pour sortir les animaux des fourrières, l’euthanasie est la seule solution. » Nous contestons cet avis, puisque l’euthanasie comme solution de convenance est illégale. 

IV. Dans notre récente lettre au Ministre nous avons défini les causes du problème. Nous avons aussi indiqué les solutions: la sensibilisation des maires (respecter les règles pour la prise en charge des chats), et la sensibilisation des propriétaires (par les maires, la DDPP et le conseil général) envers la stérilisation et le respect des lois en ce qui concerne l’identification, l’abandon, la maltraitance. 

V. M. Martial Saddier (Député de  l'Assemblée Nationale) a aussi réagi à notre lettre du mois de septembre 2014 et il a demandé au ministre de définir ses projets dans un proche avenir pour les animaux de compagnie. Voir plus  ici 

VI. Il est inacceptable que la Préfecture refuse d’agir et qu’elle permette l’euthanasie d’animaux pour cause qu’il n’y a pas assez d’associations…. Elle doit chercher d’autres solutions.  Par exemple, à Niort  la ville recherche des familles d'accueil pour animaux!  Et il existe bien d’autres exemples de départements qui cherchent activement à aider la population et ses animaux (fourrière départementale, service départemental d’assistance téléphonique pour animaux trouvés ou perdus, et ainsi de suite).

VII. Nous nous inquiétons aussi beaucoup de la cruauté envers les animaux en Vendée et la disparition sans trace de chats dans certains bourgs.  Ceci est devenu un très grave problème – on demande à voir la liste! Voir ici

VIII.  Nous sommes en faveur de la stérilisation obligatoire de chats en France, comme en Belgique et nous avons donné en exemple d’autres pays (la Suisse, le Royaume Uni et le Pays Bas) qui s’occupent des mêmes problèmes.

IX. Nous recommandons fortement que le gouvernement envisage sérieusement la possibilité de créer un poste de Ministre pour la Protection des Animaux, comme cela a été fait en Belgique ! 


Conclusion

Nous voudrions que le gouvernement contribue de l’argent à une (des) campagne(s) de sensibilisation. Les associations ont trop à faire à soigner les animaux et à les faire adopter et les autorités ne doivent pas s’attendre à ce que les associations bénévoles fassent tout et paient tout. Nous voudrions aussi que les associations plus importantes (et peut-être NALA aussi) soient plus impliquées dans le travail du ministère en ce qui concerne les animaux familiers et l’application des règles existantes. 



Make a Free Website with Yola.