Plus que quelques heures (jusqu'au 31 décembre au soir) pour donner un avis défavorable contre le projet d'arrêté "nuisibles" (dorénavant appelés ESOD : Espèces Susceptibles d'Occasionner des Dégâts". Le Conseil d'Etat a donné raison à Oiseaux Nature pour que le renard ne soit plus classé ESOD dans les Vosges. Sous la pression du lobby de la chasse, le Ministère de tutelle prend un nouvel arrêté soumis à consultation. Merci de donner un avis défavorable (mettre clairement dans le titre/objet de votre mél: avis défavorable au classement ESOD du renard dans les vosges).
C'est une aberration de classer le renard comme ESOD rien qu'au regard des bienfaits qu'il apporte pour lutter contre la maladie de lyme (en mangeant plusieurs milliers de rongeurs par an, le renard divise entre 3 et 5 fois le risque d'attraper la maladie de Lyme sur le territoire concerné...)
Pour Donner votre avis cliquez ici: http://www.consultations-publiques.developpement-durable.gouv.fr/spip.php?page=forum&id_article=2549&fbclid=IwAR3k-68ck3buTnzJZOoYXAfgIHQWPBy1AVQLNrbylTN2CkxxU6zLLO2NDy4#mon_ancre
Votre commentaire :Nous nous opposons contre ce projet d'arrêté pour les raisons suivantes: - pas de statistiques données donc c'est un projet qui n'est pasjustifié et fondé  scientifiquement-  il a été prouvé que le rôle nuisible du renard en tant que «mangeur de poules » est pratiquement nul, car il ne s’attaque pas auxgrands élevages de volailles. Le renard ne s’attaque pas aux agneaux,chevreaux et autres veaux nés dans les prairies non plus. En revanche iljoue un rôle d’épuration en dévorant les placentas. Pouréventuellement prévenir les supposés dégâts causés dans les petitsélevages des mesures de prévention efficaces peuvent être mises en place(enterrer la clôture, effarouchement, etc.). La prévention devrait êtreprioritaire sur la destruction.- Le renard est un être sensible et comme les mustélidés et les rapaces,a un rôle important dans la nature car il contribue à la régulation despopulations de rongeurs. Si le petit gibier disparaît, c’estessentiellement la faute des chasseurs eux-mêmes, de l'agricultureintensive et d’une urbanisation croissante.- Il suffit de rappeler qu’un renard consomme de 6 000 à 10 000 rongeurspar an pour comprendre l’intérêt qu’il représente en tantqu’auxiliaire agricole. Par ailleurs, le renard ne sera jamais ensurpopulation car c’est une espèce qui s’autorégule en fonction de ladisponibilité en nourriture. Le Luxembourg en est un bel exemple.L'interdiction de chasse au renard depuis 2015 n'a pas eu d'impact sur leurpopulation, a constaté la Ministre de l'environnement du Luxembourgrécemment. Selon des données récoltées systématiquement via descaméras sauvages, leur nombre est resté stable.- L'arrêté ne prend pas du tout en compte les résultats des étudesscientifiques qui prouvent que la présence des prédateurs comme lesrenards et les fouines sont justement bénéfiques pour lutter contre lesinfections véhiculées par les tiques et donc des infections par labactérie de Borrelia qui sont à la base de la maladie de Lyme. Sachantque le nombre de cas de maladie de Lyme chez l'homme est en augmentation enFrance c'est tuer les renards qui posera un danger pour la santé publiqueau lieu que les renards eux-même poseront un danger à l'homme.Les Associations NALA 85480 et Forests From Farms