Nos Amis Les Animaux 85480

2, Place de la Mairie

85480 Bournezeau

E-mail : nala85480@hotmail.com

www.nosamislesanimaux

A l'attention du  Préfet de Meurthe et Moselle



Sujet: participation de Nala 85480 à la consultation publique du Projet d'Arrêté préfectoral autorisant le tir de nuit du renard par les lieutenants de louveterie à des fins cynégétiques du 1er octobre  2018 à fin décembre 2018 


Bournezeau, le 10 septembre 2018

Monsieur Le Préfet, 

En tant qu'une association pour la protection animale (NALA 85480) nous vous envoyons notre avis concernant le Projet d’Arrêté préfectoral autorisant le tir de nuit du renard par les lieutenants de louveterie à des fins cynégétiques du 1er octobre 2018 à fin décembre 2018:


Nous nous opposons contre ce projet d'arrêté .
 
Le renard est un être sensible et comme les mustélidés et les rapaces, a un rôle important dans la nature car il contribue à la régulation des populations de rongeurs. Si le petit gibier disparaît, c’est essentiellement la faute des chasseurs eux-mêmes et d’une urbanisation croissante. Il suffit de rappeler qu’un renard consomme de 6 000 à 10 000 rongeurs par an pour comprendre l’intérêt qu’il représente en tant qu’auxiliaire agricole. Par ailleurs, le renard ne sera jamais en surpopulation car c’est une espèce qui s’autorégule en fonction de la disponibilité en nourriture. 
En plus l’utilité de tels tirs n’est pas démontrée. C’est ainsi que le tribunal administratif de Strasbourg a annulé en janvier de cette année un arrêté similaire du préfet de la Moselle, relevant l’inutilité d’une telle mesure : « il n'est pas démontré que la population de ces espèces sauvages serait menacée par la présence de l'espèce renard, ni que cet objectif rendrait nécessaire le tir de nuit de cette dernière. »

L'arrêté ne prend pas du tout en compte les résultats récents des études scientifiques qui prouvent que la présence des prédateurs comme les renards et les fouines sont justement bénéfiques pour lutter contre les infections véhiculées par les tiques et donc des infections par la bactérie de Borrelia qui sont à la base de la maladie de Lyme. Aux Pays-Bas on a montré que plus le nombre de renards et de fouines était important, plus le nombre de tiques infectées était faible !


Sachant que le nombre de cas de maladie de Lyme chez l'homme est en augmentation en France


c'est tuer les renards qui posera un danger pour la santé publique au lieu que les renards eux-même poseront un danger à l'homme.

En vue de ces objections et du manque de rationalité dans ce projet, nous sommes de l’avis que cette régulation ne devrait pas être autorisée.

Je vous prie de croire, Monsieur le Préfet, en l'assurance de mes respectueuses salutations.

Marit de Haan
Présidente de l'association NALA 85480