HONTE à la France pour la Chasse aux Oiseaux Protégés
Bournezeau , le 2 août 2018
Cet avis écrit par les associations Nala85480 et Forests from Farms, dont le siège est en Vendée, concerne les 3 consultations publiques :
1/Chasses traditionnelles et détermination des quotas de prélèvements pour la campagne 2018-2019 dans les départements de la Gironde, des Landes, du Lot-et- Garonne et des Pyrénées-Atlantiques - les projets d'Arrêté relatif à la capture de l’alouette des champs (Alauda arvensis) au moyen de pantes et de matoles
2/ Chasses traditionnelles et détermination des quotas de prélèvements pour la campagne 2018-2019 dans les départements des Alpes-de-Haute-Provence, des Alpes-Maritimes, des Bouches-du-Rhône, du Var et du Vaucluse - les projets d'Arrêté relatif à l'emploi des gluaux pour la capture des grives et des merles noirs destinés à servir d'appelants
3/ Chasses traditionnelles et détermination des quotas de prélèvements pour la campagne 2018-2019 dans le département des Ardennes - Arrêté relatif à la tenderie aux vanneaux et aux pluviers dorés et Arrêté relatif à la tenderie aux grives ou aux merles noirs
Evidemment en tant qu'associations pour la protection des animaux en générale, de la nature et de la biodiversité nous contestons tous ces projets d'arrêtés.
Nous sommes d'avis que ces arrêtés sont en contradiction avec les intentions de la Directive Oiseaux de l'Union Européenne (79/409/CEE) et la Convention de Bern du 19 septembre 1979 relative à la conservation de la vie sauvage et du milieu naturel en Europe. L'alouette des champs, les merles noirs, les grives, les vanneaux huppés et les pluviers dorés sont tous protégés par cette directive et par la convention de Bern.
Par contre, la France prétende pouvoir autoriser une chasse sur ces oiseaux avec des pièges, des filets, de la glu et des collets (des lacs) en vertu de dérogations à cette directive pour la raison que se sont des «pratiques traditionnelles». Cela n'a aucun sens.
Beaucoup de ces oiseaux sont migrateurs et entreprennent de grands voyages avec destinations dans d'autres pays de l'Europe, où ils sont protégés par de nombreuses associations de la protection de la faune sauvage. La protection de ces oiseaux est payée par des donateurs, par divers états, et assurée avec l’aide de bénévoles. Ces oiseaux n'appartiennent donc pas uniquement aux Français qui ne peuvent pas s’arroger le droit de les tuer et torturer, comme prévu dans ces arrêtés.
Pour quantifier l'ampleur réelle de l'abattage (illégal) des oiseaux migrateurs dans la région méditerranéenne, Birdlife International a publié en 2015 une première étude scientifique. Un deuxième rapport a été publié un an plus tard. Le titre terrifiant : « The Killing Report (Le Rapport des Meurtres) » montre que plus de 25 millions d'oiseaux sont abattus illégalement chaque année dans les pays Méditerranéens.
Selon cette étude, la France est responsable en grande partie de la mise à mort estimée de 522 000 oiseaux d'environ 32 espèces.

En particulier pour les alouettes des champs qui sont classées dans la catégorie “Quasi menacée”, ces arrêtés permettent un quota de chasse d'un totale de 370.000 oiseaux. Ce serait irresponsable, même catastrophique. L'allouette des champs est dans la liste rouge des espèces menacées en France:
Pour sa protection, il existe même un plan d'action par la Commission Européenne.
Les grives mauvis et les vanneaux huppés sont des espèces menacées. Et permettre une chasse de 118.000 merles noirs et grives, et 2 050 vanneaux huppés et pluviers dorés serait également inacceptable.
C'est tout récemment que les tristes résultats ont été publiés de deux études émanant du CNRS et du Muséum National d’Histoire Naturelle Français, révélant que les oiseaux des campagnes françaises sont frappés de «disparition massive» et qu'en quinze ans, leur présence a diminué d’un tiers. Selon les auteurs de ces études, c'est une situation proche de la «catastrophe écologique».
Par ailleurs, en reconnaissance du triste état de la biodiversité en générale, le gouvernement français vient de présenter son Plan Biodiversité qui selon lui "se meurt en silence". Le plan biodiversité concerne entre autres « tout ce qui est relatif à la préservation des prairies, des zones humides, à la plantation de haies, à la couverture des sols, à la restauration des mares… autant de zones refuges pour la biodiversité qui sont essentielle à la préservation des populations d’insectes et d’oiseaux », comme annonce le premier ministre Édouard Philippe pendent sa présentation. D’ici 2021, 150 millions d’Euros y seront consacrés.
Il est inconcevable que d’une main on donne des millions d’Euros pour la conservation des espèces tandis que de l’autre on accorde des dérogations pour tuer des populations à risque et protégées!
Une note personnelle à l'attention de M Nicolas Hulot. Vous avez dit que la disparition de 30 % des oiseaux (entre autres) vous provoque de LA HONTE, de savoir que derrière la sixième extinction de la biodiversité, la responsabilité c’est NOUS! Et que plus on réduit la biodiversité plus on réduit nos options pour faire face à l’avenir. “Il y a des tragédies invisibles et silencieuses dont on s'accommode tous les jours. Je vous le dis: tout seule je n'y arriverais pas. Je vais présenter un plan sur la biodiversité mais tout le monde s’en fiche. Je veux un sursaut d’indignation, j’ai besoin de chacun d’entre vous!”
Après ces mots déchirants dans l’Assemblée Nationale, comment pouvez-vous même autoriser la publication d’arrêtés tels que ceux-ci? Etes-vous de nouveau en train de plier aux demandes des lobbies des chasseurs?
La chasse traditionnelle eut lieu à un moment où les populations n’étaient pas en voie de disparition. La situation a changé et en conséquence les attitudes doivent changer. La chasse traditionnelle s’arrêtera forcément quand elle aura fini d’exterminer les oiseaux, alors pourquoi persister dans cette folie en encourant la condamnation internationale comme il est déjà arrivé aux pays qui continuent à pratiquer la chasse à la baleine ? Autant avoir le courage d’admettre que c’est dès maintenant qu’il faut arrêter la tuerie.
Pourquoi êtes-vous entré en politique? Était-ce pour faire une différence? Vous pouvez entrer dans l'histoire comme l'homme qui a sauvé les oiseaux ou vous pouvez être juste un autre fonctionnaire oublié qui avait trop peur de perturber le statu quo. Les oiseaux se fichent de votre réputation mais leur avenir dépend de ce que vous ayez le courage de vos convictions. Pour la majorité de Français, la disparition dans les champs de chasseurs armés de fusils et de pièges serait un plaisir et un soulagement. La disparition des oiseaux, par contre, serait une perte inestimable, non seulement pour les Français mais pour la planète entière.
En conclusion, comment est-il possible que ces projets d'arrêtés qui mettent en danger les oiseaux de nos campagnes soient même publiés ? Pour faire plaisir à une toute petite partie de la population française sous prétexte d’une "tradition" ? A part le fait que ces modes de chasse datent du moyen âge et que la chasse n'est plus nécessaire pour nourrir la population, ces méthodes de chasse sont très difficilement contrôlables et, qui plus est, extrêmement cruels. L'arrêt de ces modes de chasse est l'action la plus efficace pour sauver les oiseaux. Prendre la décision honorable de rejeter ces arrêtés montrerait que le gouvernement français et la fédération des chasseurs s'engagent concrètement à protéger la nature, la faune sauvage et les oiseaux. Il est grand temps que les mentalités envers la faune sauvage et la biodiversité en France évoluent, qu’on reconnaisse enfin que « tradition » ne rime pas, n’a jamais rimée, avec respect de la nature.

Nala 85480 et Forests from Farms